Shadow of a doubt

Reading Space

Liquid sign (less thanzero)

Out of the blue

Infra Editions

Memory Land

Climax

It don’t mean a thing

Vidéo Full HD, couleur, muet, 16/9
10 min 04 sec
Edition of 5 + 1 AP

Réalisation : Emma Cozzani

Directeur de la photographie : Damien Oliveres

Légendes
Exposition Hidden Dimension, Dresden

It won’t mean a thing if it ain’t got that swing est la captation d’une transmission en code morse lumineux. Le signal lumineux est la traduction du dialogue d’ouverture du livre de Marguerite Duras, Hiroshima Mon Amour, en code morse . Dans ce dialogue, une actrice française parle avec un architecte japonais à propos de l’occupation à Nevers et du bombardement d’Hiroshima, deux temps de l’Histoire qui se croisent. Dans ce dialogue, ils discutent de tout voir, ou de ne rien voir du tout, de se souvenir et surtout de l’oubli qui s’empare de toutes choses.
En transformant ce dialogue dans une langage de communication obsolète, principalement utilisé pendant la Seconde Guerre Mondiale, il s’agit de transformer l’acte de lecture (du dialogue) en un acte de regard (le signal) , It won’t mean a thing … questionne notre perception de la mémoire, et sa fragilité intrinsèque.

It won’t mean a thing if it ain’t got that swing is picking up a luminous Morse code transmission. The light signal is the translation of the opening dialogue of Marguerite Duras's book, Hiroshima Mon Amour, in Morse code. In this dialogue, a French actress speaks with a Japanese architect about the occupation in Nevers and the bombing of Hiroshima, two intersecting times in history. In this dialogue, they discuss seeing everything, or seeing nothing at all, remembering and especially the forgetfulness that takes hold of all things.
By transforming this dialogue into an obsolete communication language, mainly used during World War II, it is a question of transforming the act of reading (of the dialogue) into an act of looking (the signal), It won't mean a thing … questions our perception of memory, and its intrinsic fragility.

It won’t mean a thing if it ain’t got that swing is picking up a luminous Morse code transmission. The light signal is the translation of the opening dialogue of Marguerite Duras's book, Hiroshima Mon Amour, in Morse code. In this dialogue, a French actress speaks with a Japanese architect about the occupation in Nevers and the bombing of Hiroshima, two intersecting times in history. In this dialogue, they discuss seeing everything, or seeing nothing at all, remembering and especially the forgetfulness that takes hold of all things.
By transforming this dialogue into an obsolete communication language, mainly used during World War II, it is a question of transforming the act of reading (of the dialogue) into an act of looking (the signal), It won't mean a thing … questions our perception of memory, and its intrinsic fragility.

Directed by : Emma Cozzani

DOP : Damien Oliveres

Caption
Exposition Hidden Dimension, Dresden

Daily Drama

Vidéo Full HD, couleur, muet, 16/9
10 min 04 sec
Edition of 5 + 1 AP

Daily Drama est tentative de « mise en réel » du script de la transcription d’un journal télévisé en pièce de théâtre classique. Le texte performatif échoue dans sa fonction documentaire, puisqu’il n’actualise pas l’énoncé mais souligne l’obsolescence de l’énoncé par rapport à la situation d’énonciation. Dans ce dispositif entre installation, performance et théâtre, les voies-off télévisuelles s’incarnent et prennent parole à travers les acteurs. Les rapports s’inversent : les acteurs jouent en continu et ce sont les spectateurs qui viennent à la rencontre de la représentation.

Daily Drama est tentative de « mise en réel » du script de la transcription d’un journal télévisé en pièce de théâtre classique. Le texte performatif échoue dans sa fonction documentaire, puisqu’il n’actualise pas l’énoncé mais souligne l’obsolescence de l’énoncé par rapport à la situation d’énonciation. Dans ce dispositif entre installation, performance et théâtre, les voies-off télévisuelles s’incarnent et prennent parole à travers les acteurs. Les rapports s’inversent : les acteurs jouent en continu et ce sont les spectateurs qui viennent à la rencontre de la représentation.

Daily Drama est tentative de « mise en réel » du script de la transcription d’un journal télévisé en pièce de théâtre classique. Le texte performatif échoue dans sa fonction documentaire, puisqu’il n’actualise pas l’énoncé mais souligne l’obsolescence de l’énoncé par rapport à la situation d’énonciation. Dans ce dispositif entre installation, performance et théâtre, les voies-off télévisuelles s’incarnent et prennent parole à travers les acteurs. Les rapports s’inversent : les acteurs jouent en continu et ce sont les spectateurs qui viennent à la rencontre de la représentation.

Insula

Featuring